Une évolution préoccupante du chikungunya en Guyane

lundi 28 juillet 2014

Au 15 juillet 2014, 881 cas cumulés de chikungunya ont été déclarés en Guyane. La tendance à l’augmentation des cas se confirme, avec plus de 150 nouveaux cas par semaine depuis début juillet.

Les foyers épidémiques actifs sont présents sur toute l’Ile de Cayenne et Kourou et sont particulièrement importants à Cayenne et Macouria.

Le chikungunya est une maladie virale transmise par le moustique Aedes aegypti. Après une piqûre de moustique et un délai d’incubation de 2 à 10 jours, apparaissent des douleurs articulaires, principalement aux poignets, doigts, chevilles, et pieds, de la fièvre, des maux de tête… Les douleurs articulaires peuvent durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois et être particulièrement invalidantes.

En plus des actions de lutte contre les moustiques prenant en compte les spécificités locales menées par la direction de la démoustication et des actions sanitaires du conseil général, des actions d’information auprès des habitants et des actions sur l’environnement sont menées conjointement par les collectivités locales, le secteur associatif, l’ARS et les services de l’Etat.

La maladie se transmettant exclusivement par piqûre de moustique, il est impératif :
- de détruire les gîtes larvaires présents à son domicile et dans son
environnement conformément à l’arrêté préfectoral de renforcement des
dispositions de salubrité publique pris le 3 juillet 2014 (vases, gouttières,
pneus, déchets…) ;
- d’éliminer les encombrants qui doivent être déposés la veille de la collecte ou apportés dans une déchetterie.
- de se protéger des piqûres de moustiques pour
o ne pas attraper la maladie
o éviter de transmettre la maladie quand on est malade (le virus étant
présent dans le sang dès l’apparition des signes de la maladie pendant au moins cinq jours)

L’ARS souligne à tous l’importance de renforcer les mesures de protection individuelles et collectives.
La lutte contre le chikungunya est de la responsabilité de chacun.

SE PROTEGER DES PIQÛRES DE MOUSTIQUE C’EST PROTEGER SON ENTOURAGE : EN GENERAL L’AEDES AEGYPTI NE VOLE PAS A PLUS DE 100 METRES, IL TRANSMET LA MALADIE APRES AVOIR PIQUE UNE PERSONNE DEJA MALADE.

Communiqué de presse en PDF

PDF - 39.1 ko

Focus

Evènement

Journées nationales 16 au 24 mai 2015


Centres de Prévention Santé

PDF - 212.1 ko

Prévention de la fièvre jaune

PDF - 514.2 ko
Fièvre jaune

Sauveteur Secouriste du Travail

PDF - 115.2 ko
Sauveteur Secouriste du Travail - PDF

Brèves

11 février 2016 - La Croix Rouge française a besoin de bénévoles : pourquoi pas VOUS ?

Rencontre d’information collective à Cayenne le 17 février 2016 Vous avez envie de vous investir (...)

1er décembre 2015 - Formation Bien-être et Autonomie

La Croix-Rouge française en Guyane propose une formation dédiée au bien-être et à l’autonomie des (...)

13 novembre 2015 - La Croix-Rouge recherche des bénévoles à Kourou

La Croix-Rouge française recrute des bénévoles à Kourou afin de renforcer ses actions de (...)

5 novembre 2015 - FORMATION : RÉPONSES AUX RISQUES TECHNOLOGIQUES EN SITUATION D’ÉLOIGNEMENT ET EXERCICE DE SIMULATION DE CATASTROPHE AU CENTRE MEDICO-CHIRURGICAL DE KOUROU

Le 4 novembre dernier, le Centre médico-chirurgical de Kourou, en partenariat avec le Centre (...)

21 octobre 2015 - Focus sur la Semaine de la santé transfrontalière

La sixième édition de la Semaine de la santé transfrontalière s’est tenue à Saint-Georges, sur les (...)